fbpx

Corpo Links Cluster commence par de nombreux trajets en voiture, de la ville vers les vallées de montagne, entre paroles, silences, routes et beaucoup de rencontres. Maires, administrateurs, guides de montagne, enseignants, sportifs, associations, entrepreneurs grands et petits, rêveurs, sceptiques, enthousiastes…
Nous avons mis en contact l’humanité fragile des montagnes avec des artistes. Nous avons accompagné Marco D’Agostin avec Stefania Belmondo et de là est né “First Love”, petit bijou de théâtre et mouvement qui, dès lors, voyage dans le monde entier en apportant le souffle ombrageux d’une petite localité du Val Chisone.
À Bardonnèche Michele Di Stefano a élaboré et conçu deux actions, toutes les deux denses d’une pensée sur la montagne: “Orografia”, un regard original adressé au contour des sommets autour de Melezet, et “Parete Nord”, où il a dessiné un paysage intérieur déchiré entre enthousiasme et inquiétude.
À ce moment-là le projet a trouvé son chemin: faire de la montagne un sujet et un contenu  d’élaboration artistique à travers le corps et le mouvement. Ainsi on est partis vers la nouvelle saison avec d’autres amis, Piergiorgio Milano, Marco Chenevier et Silvia Gribaudi. Le voyage de Piergiorgio Milano s’est déroulé en deux expériences différentes, une performance “Au bout des doigts” sur la falaise dans un double rendez-vous en France et en Italie, à Avigliana, et enfin la scène, avec “White Out”, une “œuvre de formation” sur l’alpinisme et ses histoires.
Marco Chenevier s’est demandé ce que la pratique du ski représentait pour lui et de là le chemin a bougé vers l’extase et le Paradis. Avec Silvia Gribaudi le projet trouve un tournant: la création comme processus de participation d’une communauté. En un mot: Mon Jour! Outre à Gribaudi on a donc impliqué Simona Bertozzi et Cristina Rizzo afin de faire participer des jeunes dans des ateliers entre montagne, danse et musique, mais le Covid a limité cette participation avec les écoles de Suse et Oulx.
Tout cela s’est déroulé dans le cadre d’un dialogue constant et continu avec les partenaires français avec qui on a conçu “Andiamo”, un festival transfrontalier basé sur le partage de l’esprit, des formes, des buts et des coproductions. Un projet ambitieux qui nous laisse un seul regret: que ce soit fini!
Anna Cremonini