Nom, Prénom: Moglia, Chloé
Pays: France
Discipline principale: Cirque

BIOGRAPHIE

Née en 1978, Chloé Moglia grandit dans le milieu de la céramique, nourrie par les interactions de la terre, de l’eau et du feu. Elle se forme au trapèze à l’ENACR puis au CNAC, puis entreprend une formation d’art martial. Avec Mélissa Von Vépyelle fonde la Cie Moglice- Von Verx, conventionnée en Languedoc Roussillon. Ensemble, elles travaillent plusieurs années sur le sens et l’imaginaire véhiculé par les disciplines aériennes et créent plusieurs spectacles : « Un certain endroit du ventre » (2001), « Temps Troubles » (2003), « I look up, I look down… » (2005). Elles obtiennent le Prix SACD des arts du cirque en 2007.
En 2009 elle implante sa nouvelle structure, l’association Rhizome, en Bretagne, et reçoit les soutiens de la DRAC et de la Région Bretagne, des départements du Finistère puis du Morbihan et celui de la Fondation BNP Paribas.
Depuis quelques années Chloé Moglia intègre sa pratique des arts martiaux dans son cheminement artistique et inscrit son face à face avec le vide dans une perspective d’expérimentation. Cette confrontation génère du sens, et offre des questions silencieuses qui forment le socle de ses spectacles et performances. Elle crée en solo : « Nimbus » (2007), Rhizikon (2009), « Opus corpus » (2012), « Horizon » (2013) et en duo avec Olivia Rosenthal « Le Vertige » (2012) ainsi que plusieurs performances.
En 2013 elle lance avec une équipe artistique élargie (sextet) un nouveau processus de création intitulé « Aléas », dont les premières ont lieu successivement en 2014 et 2015, à Reims, à Rennes et à Marseille.
En 2014, elle met en scène les 19 étudiants de l’ENACR, dans un spectacle intitulé « Infinitudes », et crée une performance en trio, « Absences » pour la Nuit Blanche-Paris.
En 2016, elle met en scène la création « Ose », avec trois jeunes interprètes.
Elle travaille actuellement à création pour l’espace public de LA SPIRE, qui a vu le jour durant l’été 2017.

« Je (pro)pose des situations propices à l’observation du vivant. Je m’attarde particulièrement sur les courbes de densité et d’évanescence, de poids et de légèreté, en lien avec un espace-temps dilaté. J’essaye de placer un cadre d’observation et d’attention pour percevoir les plus infimes détails. La pratique de la suspension, qui souligne/dessine le paradoxe de la force et de la fragilité est un moyen efficace d’accroître l’intensité du vivant dans l’ici et maintenant. Je l’utilise comme générateur de sens et de densité. »

 RELATION AU TERRITOIRE

Ses œuvres, particulièrement sa dernière intitulée « La Spire » vise à mettre en valeur le territoire. En effet il s’agit d’un spectacle qui peut être joué presque n’importe où avec une installation imposante qui permet au spectateur de voir l’espace environnant sous une autre lumière, guidé par les suspensives.

 PROJETS PROPOSÉS

Production d’un spectacle
Rencontres avec les publics
Rencontre, travail et création avec un(e) sportif(ve)
Représentation de « La Spire »

Credit photo ANDREA MACCHIA